Le gamelan de Bali


Le gamelan Gong Kebyar est un ensemble instrumental traditionnel balinais composé de métallophones en bronze ou en fer, de gongs, de flûtes et de tambours joué par un groupe constitué d’une vingtaine de musiciens. C’est un instrument collectif, une entité indivisible et unique, tous les éléments qui le composent ont été accordés ensembles par un même pande (facteur).

 

Créé au début du XXème en réunissant des éléments d’anciens gamelans, il est le plus polyvalent, pouvant jouer tous les répertoires de cour, rituels, ou de divertissement.
Les danses que le gamelan accompagne s'inspirent le plus souvent des grandes épopées hindouistes Mahâbhârata et Ramayana, des légendes javanaises de Panji et des chroniques royales balinaises babad.


Il y a plus de 1500 gamelans sur Bali, tous répondant à la demande constante de l'activité quotidienne -rituelle ou non- sur la petite île hindouiste. Les groupes sont constitués des membres d'une même communauté villageoise ou bien de plusieurs villages différents.
La transmission orale et collective de l'instrument et une technique instrumentale réduite permettent une pratique immédiate par tous, musiciens débutants ou expérimentés.
Par la coordination exigée de ses membres, l'organisation déductive de la musique, l’interdépendance des différentes parties jouées, la complémentarité des sons, les membres d’un gamelan font l’expérience du "corps collectif“.


La musique de Bali est virtuose, véloce et contrastée dans ses variations vertigineuses de vitesses, de débits et de dynamiques. C’est l’art des nuances, des attaques, des résonances et de la coordination ; Une de ses caractéristiques est celle du hoquet, ou de l'entrelacement de deux parties musicales pour former une seule mélodie (connue sous le nom de kotekan), qui a atteint à Bali à un niveau de complexité sans précédent dans le monde.

  • Facebook
  • Instagram